Comment mesurer la précarité énergétique ?

Publié le : 14 mars 20224 mins de lecture

La précarité énergétique est devenue un problème important dans toute l’Europe, notamment en France. Le droit aux services essentiels tels que l’énergie est garanti par le principe 20 du pilier européen des droits sociaux. Selon les statistiques les plus récentes, plus de 35 millions d’Européens n’ont pas les moyens de chauffer leur maison en hiver et doivent choisir entre se chauffer et nourrir leur famille.

Quelle est la définition de la précarité énergétique ?

La précarité énergétique est une forme de pauvreté dans laquelle les ménages n’ont pas accès aux services énergétiques essentiels nécessaires à une santé optimale. En d’autres termes, ils n’ont pas les moyens de chauffer convenablement leur logement. Il peut également s’agir d’un manque de ressources financières pour se rafraîchir par temps chaud. Selon les statistiques les plus récentes, près de 35 millions d’Européens ne sont pas en mesure de payer le chauffage de leur maison pendant l’hiver. On pense toutefois que le chiffre réel est beaucoup plus élevé. Le froid dans les logements contribue à l’augmentation de la mortalité, qui survient principalement en hiver mais est davantage influencée par les conditions de logement que par la météo. Les personnes handicapées, les familles monoparentales, les enfants, les personnes âgées, les femmes et les chômeurs font partie des groupes les plus vulnérables. De nouveaux groupes, notamment les étudiants et les travailleurs indépendants, sont plus susceptibles d’être touchés par la précarité énergétique en raison de la pandémie.

Quelle est la méthode de calcul de la précarité énergétique ?

Pour mieux comprendre la précarité énergétique, il faut considérer les ménages qui consacrent plus de 10 % de leurs revenus à l’énergie dans leur logement. En France, ils sont 3,8 millions, soit 14 % de l’ensemble des familles. Pour estimer le nombre de familles en situation de précarité énergétique, d’autres méthodologies ont été utilisées. Une étude de l’ADEME de 2008, basée sur l’enquête nationale sur le logement, indique que 5 millions de ménages parmi les plus pauvres dépensent 15 % de leurs revenus en énergie, alors que les plus riches n’en dépensent que 6 %. En outre, selon l’examen de plusieurs indicateurs par l’Observatoire national de la précarité énergétique, 5,1 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique.

Quel est le rôle de l’Observatoire national de la précarité énergétique ?

Des indicateurs fiables sont nécessaires pour qualifier et suivre la croissance de la précarité énergétique : si la ligne directrice  » plus de 10 % des dépenses  » est basique et illustre l’ampleur des problèmes à traiter, elle est insuffisante pour influencer les politiques publiques et suivre leur mise en œuvre. C’est pourquoi l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) a été créé en mars 2011 sous la direction de l’ADEME. Outre les avancées méthodologiques indispensables, l’objectif est de construire des définitions partagées de la précarité énergétique, ainsi que de mieux définir et développer des outils d’observation, d’analyse, d’évaluation et d’action. Pour ce faire, l’Observatoire prend en compte les aspects sociaux, énergétiques, sanitaires et économiques de la précarité énergétique.

Plan du site